For the ages - Air France Madame Magazine

The limited-edition accessories by Peau de Chagrin exemplify three ideals: beauty, rarity and durability.

Once upon a time, there was a label born of a chance encounter.  Mesh Chhibber was a public relations expert for big-name fashion clients and Sofie Guerrero an artist steeped in the worlds of dance and theatre.  Together they founded an accessories house that releases its creations slowly, in limited editions of 100.  And not one more.  It was Guerrero who first thought of the name, borrowed from the title of a Balzac novel.  Their goal: to come to the rescue of traditional craftsmanship, working with the finest artisans to produce models that they hope will be handed down from generation to generation.

First in this lineage: a handbag reminiscent of a vintage doctor’s bag, patiently crafted by a single Swiss leatherworker.  But our favourite is the “alchemical” scarf, the first of a series of four editions.  “For me, silk is an extraordinary miracle,” says Patrick Bonnefond, formerly with Hermès and now head of the 126-year-old Marc Rozier silk mill in Lyon, where the Peau de Chagrin scarves are produced.  Painstakingly hand-printed, dried, steam-set, washed, rinsed, dried again, cut, hemmed, inspected…  An age-old process that suspends the passage of time, and warms the heart.

***

HORS DU TEMPS

Il était une fois une marque née du hasard des rencontres.  Au confluent de deux appels anti-consuméristes.  Celui de Mesh Chhibber, autrefois dans les relations publiques pour des grands noms de la mode, et celui de Sofie Guerrero, artiste imprégnée des formidables univers de la danse and du théâtre.  Deux êtres pour une griffe éditrice d’objets au compte-gouttes – cent par création, pas un de plus.  C’est elle qui lui parle du livre de Balzac La Peau de Chagrin.  Un nom d’oeuvre pour manifeste en quelque sorte.  Ensemble, ils volent  à la rescousse des traditions artisanales européennes en perdition, collaborant avec ses irréductibles port-étendards pour aboutir à des modèles qu’ils rêvent de voir se transmettre de génération en génération.

Premier de la lignée: le sac, patiemment réalisé par un seul et même artisan dans le Jura suisse.  Facon sac de docteur vintage, en cuir.  Et puis voilà notre favori: le “Carré Alchimique” numéro un, premier d’un série de quatre.  “La soie, c’est pour moi un miracle extraordinaire”, dixit Patrick Bonnefond, ex-P.D.G. de la holding textile d’Hermès, à la tête du soyeux Lyonnais Marc Rozier, 126 ans d’existence, où les foulards Peau de Chagrin sont imprimés et ourlés à la main.  Imprimés cadre après cadre, teinte après teinte.  Recto et verso.  Séchés, fixés à la vapeur, lavés, savonnés à l’eau tiède, rincés, essorés, à nouveau séchés à 160 degrés.  Très rapidement.  Découpés, roulottés, jugés, jaugés.  La succession de gestes ancestraux suspend le temps.  C’est noble, joyeux et inspiré, ça réchauffe le coeur.

Lorène Duquesne

PdC